top of page
Rechercher
  • rissecorinne

Relation et souveraineté

Nos relations sont le reflet de ce que nous portons en nous. Nous y projetons inconsciemment nos peurs, nos manques, nos croyances.

Nous construisons une image mentale de ce que nos relations "devraient" être et celui que nous devrions être par rapport à l'autre.

Parfois nous avons inconsciemment la conviction que nous devons "porter" l'autre, le "sauver". A l'inverse, pour nous sentir protégé, nous prenons parfois le rôle du protégé, de l'enfant, voire de la victime.


Bien-sûr, la répartition des rôles n’est pas forcément aussi binaire. Il n'y a pas toujours clairement de "sauveur" et de "sauvé". Mais il y a toujours des interactions biaisées par nos peurs et blessures. Pour y répondre, nous essayons inconsciemment de "contrôler" l'autre ou de nous contrôler nous-mêmes.


Parfois cela fonctionne, la façon de contrôler de l'un répondant à la façon de contrôler de l'autre. Mais parfois cela ne fonctionne pas. Ou plus. Lorsque la vie nous y pousse, trop de contrôle de l'autre ou de soi peuvent amener à une crise.


Le protégé a envie de voler de ses propres ailes et le sauveur se sent trahi. Ou le sauveur, écrasé par trop de responsabilités, faillit à son rôle et le protégé se sent trahi.


Dans chaque situation on cherche "la faute". Nous estimons que l'autre est responsable. Ou à l'inverse nous nous auto-flagellons, nous nous sentons coupable. Or culpabilité et responsabilité ne sont que les deux côtés d'une seule et même pièce. Nous nous sentons coupable car nous nous sentons responsable de l'autre.


Pourtant l'évolution d'une relation n'est jamais le fait d'un seul. Elle est par définition le fruit d'un "travail" commun. Il n'y a pas réellement de "faute" ou de "responsable" mais plutôt des interactions basées sur des projections erronées, des besoins étouffés, et leur résultante.


Nous ne devrions jamais être responsable de l'autre. Être responsable d'un autre adulte revient à lui enlever sa souveraineté. Notre "responsabilité" vis-à-vis de l'autre est d'incarner qui nous sommes, communiquer sur nos besoins et envies, et sur ce que nous attendons de la relation.


Etablir des relations saines et équilibrées passe nécessairement par un travail sur soi, permettant de retrouver et d'incarner qui nous sommes profondément, en toute authenticité. Un travail intérieur sur nos blessures, un travail de conscience permettant de réaliser que ce nous voyons dans la relation n'est pas la réalité mais la projection de nos mécanismes intérieurs. Sans conscience, nous ne pouvons que subir nos mécanismes internes et reproduire les mêmes schémas répétitifs...


Retrouver sa souveraineté et laisser la sienne à l'autre est un long chemin... qui en vaut la peine. Lorsque chacun est dans son espace, libre et souverain, lorsque chacun se sent libre d'être en relation avec l'autre sans projeter ce que la relation "devrait être", alors une relation saine et sereine est possible.


Cela vous parle-t-il? Vous sentez-vous "en chemin"?

12 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comentarios


bottom of page